Monory / La Voleuse 1986

Monory / La Voleuse 1986

Sérigraphie / Epreuve d'artiste tirée à partir de ce poème :

" Et sur les ponts entrelacés, nous dansions la petite fille et moi.


Nos pieds frôlaient à peine les croisions de métal, flous, comme fondus, cependant que nos ombres graciles ne les touchaient même pas. Nous dansions là, sous les dernières gouttes longues et sombres d'une ancienne averse bleue que déjà le vent ivre projetait plus loin. Les rampes de métal, les rails des montagnes russes, les piliers et les gardes-fous, tout ondulait et se fondait dans un tourbillon enivrant de chassé-croisé. La rampe jaillissant sans fin se tordait et ondoyait jusque vers l'infini. La vitesse ennuageait les wagonnets et l'air fin, mais nous restions immobiles, dansant.

 

Je soulevais la petite fille, ma petite voleuse, sa robe blanche faisait comme un doux froufrou frais, semblable à son éclat de rire tintant dans l'air, ondulant au rythme de ses cheveux, ses longues boucles douces. Ma petite voleuse si légère – mais qu'avait-elle volé, si ce n'était l'évanescence des étincelles ? –, séparée de moi par un seul long et fin petit fil de ténèbres. Je la soulevais dans un élan azuré et radieux, comme un précieux présent volatil à l'empyrée.


Derrière nous traversait une interminable ligne de lampions, et chaque luciole, chaque bluette, pulsait au son de son rire, parant sa robe et les rubans de ses cheveux d'un éclat plus blanc que blanc, fantomatique et nacré, innocent. Sous la pâle lumière des lampions, pourtant éclatante dans le ciel clair et délavé, nous dansions sans fin, grisés par le bleu, tandis que défilaient dans un grand maelström doux, tourbillonnaire et tournoyant, les stations floues de la réalité que nous avions abandonnée."

#dth2018

  • Prix de vente 590€

  • Référence Lot #16009

  • Info transport

    Format: 100 × 100 × 10 cm

    Poids: 2 kg


Adresse

75009 - Paris

Offre(s) similaire(s)